Sa personnalité / Caractère / Déraisonnable, drôle et curieuse
Photos
  Biographie
Famille
 
  Presse 2010-2019
Presse 2000-2009
Presse 1990-1999
Presse 1980-1989
Presse 1960-1979
Radio et télévision
Livres
  Hommages
Dessins
Photos
  Caractère
Centres d'intérêt
Opinions
Engagements
 

Mode de vie
Style
Coups de cœur
Sorties et voyages

Ce qu'a dit Catherine Deneuve...

On me croit sage et raisonnable. Mon moteur, c'est l'imprévu, l'insolite, l'humour, tout ce qui est vivant.
Catherine Deneuve, Spectacle du monde 1992

Je ne pense pas que les années pourront m'enlever la foi dans les êtres et ce don de l'emballement que j'ai envers et contre tout. J'aime le hasard, le dérisoire, le désinvolte, l'insolite dans la vie, comme je l'aime au cinéma.

En paroles je suis très sage. Mais si vous saviez, dans la vie, les bêtises que je fais ! Peut-être parce que, maintenant, je me sens le droit de n'être pas une grande personne.

J'ai souvent dit, et c'est vrai, que j'ai du mal à être une grande personne.

Heureusement, nous sommes une génération où nous avons droit au déraisonnable, où le raisonnable est un choix.

Contrairement à ce qu'on croit, je ne suis pas du tout raisonnable. De toute façon, pour choisir ce métier... Aujourd'hui encore, ma mère me dit : "Mais ma petite fille, tu n'es pas raisonnable !" Elle devrait pourtant le savoir, je suis comme ça depuis que j'ai 15 ans ! (Rires.)

Je ne suis pas une femme raisonnable. Je ne serai jamais une femme raisonnable. Je n'arrive pas à résister vraiment à mes désirs, ou alors il faut vraiment que je sois physiquement cassée de fatigue. Au moment où je vis les choses, je m'en fous... Je n'ai pas de limites. Je ne suis pas là à toujours prendre mon pouls.

Je ne suis pas raisonnable, je ne dors pas assez, je voudrais que les journées aient vingt heures.

Je ne pense pas beaucoup aux vrais lendemains. Je ne suis pas une femme très prévoyante, très prudente. Je suis à la fois anxieuse et insouciante.

Je ne vis que par impulsions. Je suis toujours capable, et je le sais, de tout plaquer et de partir à l'autre bout du monde d'une seconde à l'autre : pour un amour, pour une passion, pour un regard.


Je suis une bonne vivante ! Les gens qui ne me connaissent pas pensent que je suis extrêmement équilibrée, que je prends tout en compte, que je me couche à 11 heures du soir pour être fraîche le lendemain matin sur le tournage, mais c'est complètement faux. Je refuse cette image ! J'ai droit à mes contradictions et à mes folies. Bien sûr, dès que je me sens sombrer, je redonne un coup de pied, mais contrairement à ce qu'on croit, je ne suis pas du tout raisonnable.

Je suis incapable par exemple de me coucher à 8 heures du soir pour avoir le teint frais. J'ai trop besoin de vivre. Quitte à râler le lendemain matin quand je dois me mettre de l'anticerne parce que j'ai veillé trop tard ! Dieu merci je suis assez saine (moitié Normande, moitié Gasconne !), j'ai une excellente santé et une résistance physique énorme.


Le problème, c'est que la petite fille que j'étais, elle est toujours là... (Eclats de rire). Mais enfin, ce n'est pas vraiment un problème. Il faut s'accepter comme on est. Ce qui me frappe beaucoup pourtant quand je parle avec mes sœurs ou avec ma mère, ou quand je regarde des photos, c'est cette présence incroyable, cette enfance qui n'est jamais très loin en moi...

Cela m'a pris du temps pour comprendre et admettre que, même si j'étais mûre, je ne serais finalement jamais une grande personne...

Je ne serai jamais adulte ! C'est vrai. je ne me sens pas encore vraiment "dame". Je n'arrive pas à penser à moi en terme de grande personne... grande personne, l'expression même est un aveu, non ? (Rire) Je ne suis pas très raisonnable.


J'essaie de faire en sorte que ma vie soit protégée. Cela dit, je ne me barricade pas : je sors, je vis, je vais au restaurant, au cinéma, je vois mes amis...

Moi-même, je ne sais pas raconter des histoires drôles, je ne suis pas ce qu'on appelle une comique mais j'adore rire. J'ai des amis avec lesquels nous rions interminablement pour des bêtises.

Tant qu'on rit, ça va bien. Il faudrait dire les choses sérieuses en riant davantage. C'est pour cela que j'aime bien les gens gais.

Je suis quelqu'un qui aime beaucoup rire bien que je sois mélancolique.

J'aime beaucoup rire et faire rire !
Catherine Deneuve, citée dans le livre de Philippe Barbier et Jacques Moreau 1984

[ce qui la fait rire]
L'inattendu, l'insolite, la gaieté. J'adore rire : Groucho Marx, je suis abonnée à Ciné-Cinéfil, c'est un régal. Je ne suis pas gaie, gaie, mais je ris souvent.

Nous étions en effet très ironiques dans la famille et je crois que nous le sommes restées, surtout Sylvie - ma jeune sœur - et moi.

J'ai eu une grande chance dans ma vie, celle d'avoir eu un père qui nous a enseigné l'humilité et le sens de la dérision. C'était quelqu'un qui n'oubliait pas de nous rappeler que sous la roue du paon, si belle soit-elle, il y a toujours deux pieds palmés. Cette simplicité, je la porte en moi. On peut me trouver heureusement des défauts mais la seule chose dont je suis sûre, c'est de ne pas me prendre au sérieux.


Ca m'arrive évidemment sans doute de me tromper mais pour moi, chaque jour est différent et comme je suis quelqu'un de très curieux dans la vie et que je suis très énergique et que je fais beaucoup de choses, je n'ai pas cette impression de répétition.

Je suis assez curieuse, et ma curiosité s'exerce en différents domaines.

Ma chance, c'est que je suis curieuse, que j'ai envie d'aller voir partout. Quand on a fait autant de films, on a envie de s'ouvrir sur autre chose. instinctivement, j'emprunte des sentiers où je n'ai pas l'impression d'avoir été auparavant, ou alors pas complètement...

Je suis très curieuse de nature, très timide mais très curieuse en même temps, et très attentive.

Je suis passionnée. Je ne fais que les choses qui me plaisent. J'ai cette chance, je suis très très gâtée. Il y a parfois des choses qui me coûtent, c'est vrai, mais, dans l'ensemble, je veux les faire bien.

Je suis une femme plutôt débrouillarde, je n'ai pas de problèmes pour manipuler des choses importantes, je peux même faire de la mécanique du moment que ça m'amuse.


Je perds beaucoup quand je suis en voyage.

L'argent je m'en moque. Il rentre par une porte, il ressort par l'autre, tant pis ! Dieu merci, j'ai quelqu'un qui s'occupe de ma comptabilité, qui s'occupe de tout, mais je suis la vraie responsable et ça c'est tuant ; j'en ai tellement assez de m'occuper des comptes, des impôts, des choses, je trouve ça épuisant pour une femme, vraiment épouvantable, mais il faut le faire, donc je le fais. Quand je dis que je jette l'argent par la fenêtre, c'est faux, je veux dire par là que je ne peux pas résister parfois à certains élans. Par exemple, quand je vois un très bel objet, même s'il est ruineux, même si je n'en ai pas les moyens, eh bien j'oublie complètement la valeur de l'argent et j'entre et je l'achète. Cet appartement est rempli d'objets que j'ai achetés comme ça, alors que je n'aurais pas dû le faire...

Non, je n'ai pas d'argent, je ne possède rien, je dépense tout. Quand on gagne beaucoup, on donne plus à ceux à qui on doit donner que quand on gagne peu, c'est la seule différence. Et puis, je dépense pour moi aussi, je vis très bien. Ça va. L'argent, de toute façon, ne m'a jamais épatée.

Travailler moins, je m'en accommoderai, ce n'est pas que je sois paresseuse mais j'ai beaucoup de choses à faire dans la vie. Mais gagner moins d'argent, ça me posera de gros problèmes. Rien que d'y penser, ça m'inquiète. Je suis une cigale, je dépense tout ce que je gagne.

Je n'ai jamais besoin d'argent... mais en même temps, j'ai toujours besoin d'argent.

[à propos de son rapport à l'argent]
Faussement simple. Je suis à la fois inquiète et peu raisonnable : je suis capable de dépenser trop mais incapable de rester indifférente ou désinvolte par rapport à ces excès.

[L'argent] devient très vite une obligation. Quand on mène une vie comme la mienne, l'organisation et le confort qu'il apporte sont très appréciables.

J'ai toujours eu le privilège d'avoir mon indépendance financière. C'est le début et la première des libertés pour la femme. Je n'ai jamais travaillé dans le seul but de gagner de l'argent mais, depuis le début de ma carrière, celui-ci m'a assuré totalement cette indépendance.

Je ne résiste pas souvent ! Il m'est difficile de ne rien acheter. J'ai des goûts de luxe, je l'admets. Encore que le luxe pour moi soit plutôt une idée associée à quelque chose d'excessif, d'un peu fou : des asperges en janvier, une orchidée, c'est plus une question de moment que d'argent. Je me dis "quelle folie"... et je plonge. J'aime bien faire ce que j'ai envie de faire.

Ce qu'ont dit d'autres personnes...

Il y a chez Catherine un grain de folie qui existe vraiment. C'est une femme libre et sans a priori.
Gabriel Aghion, Studio Magazine 1999

Certains pensent que tu es froide. Tu es simplement directe, franche, sans ambiguïté. On te croit sereine, organisée. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi désordonnée, fantaisiste avec l'argent, ses affaires.
Gérard Depardieu, Livre "Lettres volées" 1988

Catherine est le contraire de ce que l'on croit. Elle est marrante, drôle.
Jean Yanne, cité dans Voici 1993

Elle aime faire rire mais, quand il y a un fou rire général durant une prise, c'est la seule qui réussit à garder son sérieux. Elle est tactile, prévenante - elle a offert des brins de muguet à tout le monde, le jour du 1er mai -, et discrète.
Virginie Ledoyen, Elle 2002

Catherine, je l'avais connue sur le film de Rappeneau, "Le Sauvage". On a toujours un peu peur avant un tournage. Et puis on se fait toujours des idées sur les gens. Catherine est très différente de l'image un peu glacée que les magazines donnent d'elle. C'est une femme très intelligente, drôle.
Yves Montand, Livre "Montand raconte Montand" 2001 (propos recueillis en 1989)

La beauté n'est pas limitative. Les gens pensent qu'elle va mal avec l'intelligence ou le sens de l'humour. C'est une erreur. Catherine est tout cela.
Roger Vadim, Paris-Match 1986

Ce qui me surprend toujours en Catherine, c'est de la voir arriver sur le plateau avec le même rire, le même sourire, la même juvénilité. Par juvénilité j'entends ce don d'enfance, cette fraîcheur d'âme qui permettent d'aller très loin dans un personnage.
Gérard Depardieu, Paris-Match 1988

Son talon d'Achille ? L'hyperactivité.
Régis Wargnier, Studio Magazine 1999

Elle n'est jamais là où on l'attend. On a le sentiment qu'elle est en avance. Catherine, il faut la suivre. C'est très stimulant pour un cinéaste de se mettre à sa vitesse. Avec elle, un metteur en scène peut se sentir très vite à la traîne.
André Téchiné

Elle aussi, c'est une vraie cinéphile. Elle voit tout. Elle connaît tout. Elle est vraiment curieuse.
Xavier Beauvois, Studio Magazine 1998

En rentrant, je croise Catherine qui s'en va visiter une petite chapelle qui n'est pas ouverte au public, mais que le ministère de la Culture a fait ouvrir pour elle. Catherine est très curieuse de tout.
Régis Wargnier, Livre "Est-ouest, journal d'un tournage" 1999

Plus que la comédienne, c'est la femme qui m'intrigue et m'inspire. C'est quelqu'un de vivant, qui aime rire et manger ; exactement le contraire de ce qu'on imagine. C'est marrant, je la sens proche de moi. J'aime la manière dont elle mène sa carrière et sa vie. Elle reste toujours digne.
Sandrine Bonnaire, Source inconnue 1999



Documents associés